Pauline Guénot, étudiante, voyageuse et engagée - Vosges Matin

Vosges Matin
Date de parution: 
Samedi, novembre 30, 2019
Z cités: 
Article: 
Lien vers l'article: 
Extrait: 

 

Neufchâteau | Éducation

Pauline Guénot, étudiante, voyageuse et engagée

Après les Etats-Unis, Pauline Guénot partage son temps entre la Sorbonne et Liverpool. La jeune Néocastrienne vient de partager son expérience avec des lycéens. Les enjoignant de croire en leurs rêves et de découvrir la bourse Zelligja.

Pauline Guénot, 20 ans, partageait ce vendredi au lycée Pierre-et-Marie-Curie ses expériences de voyage avec la bourse Zellidja. Actuellement intégrée en Erasmus entre La Sorbonne et Liverpool, elle était partie en 2018 faire un tour d’Europe avant de se rendre aux Etats-Unis en 2019. Devant les classes de la section euro, l’ancienne élève donnait une conférence sur « Partir avec la bourse Zellidja ».

Autonomie et engagement

Originaire de Neufchâteau, Bac littéraire en poche, Pauline Guénot est partie 2 ans à Strasbourg effectuer une prépa BL, Lettres et Sciences sociales, pour ensuite aller vers La Sorbonne Nouvelle, où elle est actuellement en « Master Études internationales », tout en étant en Erasmus à Liverpool. Un parcours riche pour une jeune femme de 20 ans, qui a aussi voyagé ces deux dernières années grâce à la bourse Zellidja : en 2018 pour un tour d’Europe sur le thème de l’identité européenne, puis un second voyage à New York et Washington, pour travailler sur le sujet « Femmes de pouvoir, pouvoir des femmes après le mouvement #Metoo aux Etats-Unis en 2019. » Des voyages marqués par l’autonomie et l’engagement, intimidants au départ : « Bien sûr j’ai eu peur, mes parents aussi, mes amis m’ont dit que j’étais folle. »

De Neufchâteau à Brooklyn

En Europe, elle avait privilégié les auberges de jeunesse. Aux Etats-Unis, notamment durant deux semaines à Brooklyn, elle a opté pour une colocation avec 10 personnes, s’immergeant dans leurs vies actives et intenses. « Je ne connaissais personne en arrivant. J’ai envoyé 70 mails avant d’avoir une réponse. » Trouver des contacts pour son sujet n’était pas plus simple, mais « une bonne adresse a tout changé. » Il a fallu apprendre les codes de la vie professionnelle. « J’ai pu interviewer 8 femmes expertes dans leur domaine. Quand il faut faire l’interview, en anglais, on n’a pas le droit à l’erreur. » Ces expériences lui ont appris à gérer ses émotions face à des problématiques sensibles. Disponible pour les élèves, elle conseillait : « Je vous dirais de vous faire confiance. Quand on vient de Neufchâteau, on se dit qu’on ne pourra pas le faire, on se dévalorise, alors que c’est possible. Si vous avez des talents, de la volonté, osez ! »

Pour en savoir plus sur la bourse Zellidja :

www.zellidja.com