Continent: 
Amérique
Type de Voyage Z: 
Bourse Z
Rapport image et son (audiovisuel): 
oui
Mila
,
2019
,
.
.
Buenos Aires
Argentine
Córdoba
Argentine

Sujet d'étude: 
La "ultima dictatura" en Argentine perçu par une Madres de la Plaza de Mayo

Suite au visionnage du documentaire de Patricio Guzmann Nostalgie de la lumière et après plusieurs hésitations pour réaliser un projet de la sorte, je me décide enfin à me lancer. 

Je contacte Zellidja, une association en France qui soutient des projets de voyage pour les jeunes. J’élabore un dossier pour obtenir une bourse ce qui me permet de bien définir ce que je souhaite :

- aller en Argentine, où le travail de mémoire sur la dictature est plus avancé que les autres pays d'Amérique latine ayant subi la même chose à peu près au même moment.

- en apprenant que cette mémoire là bas est nourrie, entre autre, par une association créée par des femmes qu’on appelle les Mères de la Place de Mai (des mères, des grands-mères, des sœurs, des tantes, des amies), je choisis de réaliser un documentaire sur ces femmes en quête de leurs proches disparus.

Juillet 2019, je m’envole pour Buenos Aires…

Mon objectif, rencontrer une des Mères de la Place de Mai. Peu organisée pour mon 1er voyage en solitaire mais plutôt chanceuse, je rencontre un avocat au hasard de mes aventures qui connaît bien le sujet et me guide vers Tota Guede, une de ces grandes dames en lutte. En parallèle, je récolte des données, des informations, des témoignages, des histoires mais aussi de la matière pour comprendre pourquoi, comment et quels sont les faits réels. Je questionne et m’intéresse de plus en plus au sujet et aux personnes ayant subies de près ou de loin cette dictature.
 

Août 2019, je roule vers Cordoba

La grande ville de Cordoba m’attire pour continuer ma quête et enrichir mes connaissances. Je fais des rencontres improbables. Une équipe de footballeurs, logeant dans la même auberge que moi, me permet de rentrer dans la vie passionnée des argentins et de m’immerger dans leurs fêtes et leur amour du sport. Je sympathise aussi avec Carlos Dideangelis uruguayen, gardien du musée Palacio Dionisi, avec qui j’échange beaucoup sur les suites de la dictature dans son pays. Heureusement, mon espagnol qui était plutôt catastrophique à mon arrivée devient de plus en plus fluide. Il m’est très agréable de pouvoir tenir des conversations.

Septembre 2019, retour à Buenos Aires…

Le retour m’est difficile. Il me faut quitter des personnes à Cordoba qui me sont devenues chères. La tristesse au cœur, le voyage va vers sa fin. Je souhaite revoir Tota Guede pour passer un moment plus riche avec elle car mon espagnol s’est nettement amélioré. Je vais saluer aussi les personnes avec qui j’ai partagé au cours de mon premier séjour des moments chaleureux. Avec mes images et mes souvenirs pleins la tête, je dis au revoir à l'Argentine et je m’envole vers la France.